• Vers mon site de géobiologie

     

     




    Le réseau Solaire


    La vie se nourrit de Lumière, mélange d'ondes électro-magnéto-cosmo-telluriques. Ces ondes se retrouvent à l’intérieur du réseau solaire, résultante de ces interférences cosmo-telluriques.A ma connaissance, peu de géobiologue mentionnent ce réseau Solaire. J'en avais entendu parler, mais n'avais trouvé aucune documentation sérieuse. C'est avec mon collègue et ami, Jean Felgines, que j'ai pu échanger sérieusement sur ce sujet. Ce réseau se détecte pourtant facilement avec des baguettes parallèles. C'est ce que j'ai fait sur le site de Marolles.Son orientation est cardinal, comme le réseau nickel, avec un croisement tous les 10 mètres environ. Naturellement il est au repos. mais il est possible de l'activer. 

    Au repos, la largeur des lignes est de 40 à 50 centimètres. Elles vibrent à 20 000 UB et le TV des croisements fait exactement le double. 
    Après activation, le TV est multiplié par un coefficient de 3 à 5, dans un rayon d'environ sept kilomètres.

    L'activation du réseau Solaire, comme l'activation des vortex, est enseigné au cours d'une cession de formation.



    votre commentaire
  • Vers mon site de géobiologie

     

     

    Analyse géologique d'un lieu

    Réseaux naturels

    Les réseaux telluriques forment à la surface de la terre un système réticulaire de rectangles qui s'entrecroisent et s'entrecoupent. Le réseau Hartmann mesure approximativement 2 mètres de largeur dans le sens Nord-Sud et 2,50 mètres dans le sens Est-Ouest. Ses murs ont environ 21 centimètres de largeur.

    Tous les 10 mètres, il y a une zone double avec un mur de 40 centimètres de largeur, aussi bien dans le sens Nord-Sud que dans le sens Est-Ouest.

    Comme nous l'avons déjà précisé ses dimensions peuvent se modifier lorsqu'une perturbation importante se prépare. Si un tremblement de terre est imminent, le réseau s'élargit. C'est en percevant cette modification que les animaux s'enfuient à l'approche d'un séisme.

    Influencé également par l'environnement, le réseau Hartmann se déforme, se resserre ou s'élargit comme un filet de pêcheur. Plus un lieu est perturbé, plus le réseau est déformé. 

    Certains animaux utilisent ce réseau, la nuit, pour s'orienter. Pour capturer un essaim d'abeilles sauvages, il suffit de placer le piège sur un croisement de deux murs de ce réseau. Certaines personnes peuvent voir le réseau Hartmann en couleur : bleu foncé pour les murs froids Nord-Sud, qui provoquent des crampes et rouge orangé pour les murs Est-Ouest, qui eux provoquent des inflammations.

    Les murs Hartmann n'ont donc pas la même qualité.

    Le réseau Curry qui est orienté à 45° par rapport au réseau Hartmann est plus large que ce dernier avec des murs d'environ 40 centimètres d'épaisseur et des mailles de 3 à 4 mètres de côté.

    Lors de la détection de ces deux réseaux, nous constatons qu'ils peuvent se croiser. Un mur Hartmann ou Curry, venant se superposer à un croisement Curry ou Hartmann, génére un croisement actif. Lorsque un croisement Hartmann ou Curry se superpose à un croisement Curry ou Hartmann, ils forment un point étoile.

    Les croisements des réseaux peuvent être positifs, neutres ou négatifs, selon la polarité et le niveau vibratoire des lignes qui se croisent. La superposition d'un croisement ou d'un point étoile négatif avec une veine d'eau souterraine ou une faille, constitue une zone géopathogène, souvent redoutable, qu'il convient de neutraliser.

    Toutes ces nuisances justifient l'intervention du géobiologue.

    A elles seules, elles entraînent de nombreux problèmes de santé, de l'insomnie au cancer... Ainsi, certains lieux sont qualifiés de Maudit, certaines maisons, de maison à cancer. 


    votre commentaire
  • Vers mon site de géobiologie

     

     

    Les failles

    Le rayonnement qui s'échappe des failles est vertical. Il est très pénétrant et

    peut traverser tous les étages d'un immeuble même s'il est en béton vibré et armé.

    Depuis un avion, on peut détecter la radiation d'une faille jusqu'à 1500 mètres

    d'altitude.


    Il existe quatre types de failles


    - les failles géobiologiques, dues à la différence de deux matériaux,

    - les failles de glissement, qui sont des failles géologiques dues à des couches de composition similaire, mais qui ne sont plus en face l'une de l'autre,

    - les failles, fissures, fentes, souvent humides, situées dans la plupart des cas, à plus de 8 mètres de profondeur,

    - les failles dues au broyage des plaques tectoniques. Elles sont répertoriées sur les cartes, comme celle de San Andréas aux USA.


    Remarque : 

    - Lorsque la foudre tombe il y a généralement une faille à proximité.

    Certaines failles favorisent le passage du radon, gaz naturel radioactif, principalement formé par la désintégration du radium. Ce gaz est surtout présent dans les roches granitiques, mais nous pouvons en trouver dans de nombreuses régions.



    La faille produit un effet de radiation comparable à l'émanation d'un rayon X. 

    Le contact constant avec ce type de rayonnement peut déclencher une radio dermite ou un cancer. En effet, si un organe est atteint par le rayonnement d'une faille d'une façon continue, les hormones de la sécrétion glandulaire sont soit en chute libre, soit en surabondance. Cet organe ne raisonne plus en harmonie avec l'ensemble de l'organisme. Le corps réagit comme il peut et les cellules se multiplient de façon désordonnée.


    Les Égyptiens utilisaient les failles pour conserver les corps. 

    La proximité d'une faille éradique les micro-organismes qui favorisent la putréfaction, Ils utilisaient également les ondes de formes générées par les constructions géométriques. 

    Sans recourir à un quelconque outil de détection, l'observation simple peut nous indiquer la présence d'une failles. Par exemple :

    - Les fourmis, les termites, les chats affectionnent tout particulièrement le voisinage d'une faille.



    votre commentaire
  • Vers mon site de géobiologie

     


    Les courants d'eau

    L'eau est un élément important, c'est la base structurelle de toute vie. Elle sert de support de transmission d'informations et elle véhicule celles-ci.

    La molécule d'eau libére l'électricité statique. L'eau en mouvement génère une friction qui induit une certaine énergie.


    II existe plusieurs sortes de courant d'eau :

    - les courants d'eau à débit variable, eau qui circule sous terre et génére une influence en surface.

    - les sources juvéniles, eau circulant à une grande profondeur, avec un débit régulier et une minéralité propre à soigner certaine pathologie.

    - les courants d'eau compris entre 0 et 8 mètres de profondeur, jamais nocifs.


    Remarques : 

    - Plus le courant d'eau est profond plus il est virulent

    - Il existe plusieurs façons de détecter un courant d'eau. Il faut en premier lieu détecter sa présence, la direction du cours, sa largeur et sa profondeur.


    Calculer la profondeur

    Pour les petites profondeurs, il existe une méthode venant de l'Abbé Mermet, Un courant d'eau souterrain et conditionné par deux rives et chacune émet sept lignes de forces qui lui sont parallèles . La profondeur de la source se calcul en prenant la distance séparant la première ligne de force à l'axe du cours d'eau multipliée par sept. Cette technique est fiable pour les profondeurs jusqu'à une trentaine de mètres.

    D'autres méthodes sont étudiées au cours du stage, quelle que soit la profondeur du cours d'eau.

    Une fois sa présence détectée, dans le cas d'une recherche en vue d'un forage ou de la création d'un puits, il faut déterminer si la qualité de l'eau correspond à l'utilisation qu'on souhaite en faire.


    Remarques : 

    - Il arrive qu’en l’absence de cours d’eau, l’homme ait construit sous les sites sacrés,  des "cours d'eau sèche", avec des galets.
    Le "Jourdain", réel,  veine d'eau souterraine, failles humides, ou artificiel, galets de rivière ou une canalisation, marque la limite entre les parties telluriques et cosmiques d'une église. Cette rivière souterraine passe  au niveau du narthex ou du premier pilier et matérialise la limite, entre les zones profane et sacrée.

    votre commentaire
  • Vers mon site de géobiologie

     


    Définition de la géobiologie

    Selon le langage populaire, la géobiologie est la «Science qui s'occupe des rapports de l'évolution cosmique et géologique de la planète avec celle de la matière vivante.»

    Nous vivons dans un champs de rayonnements multiples

    Certains êtres exceptionnels peuvent vivre, sans manger et sans boire, durant de longues années. Nous avant tous entendu parler de Marthe Robin, de Pralhad Jani...

    Certaines personnes arrivent à vivre sans respirer pendant de longue minutes. Le yogi Coudous est même arrivé à rester six heures sans respirer, enfermé dans une boite de verre de 40 x 41 x 50 cm.

    Il est impossible de vivre un seul instant, coupés de tout champ de rayonnement.

    Notre corps est sans cesse soumis à de nombreux champs de rayonnement, naturels où artificiels (lorsque la source n'est ni cosmique, ni tellurique).

    Les cellules vivantes sont influencées par ces divers types de rayonnements, qui sont parfois nuisibles à la santé.

    Le rayonnement de la terre, appelé tellurique agit sur nos cellules. La croûte terrestre est en mouvement continuel, elle se soulève constamment de 60 à 80 centimètres. Notre planète vit, respire, possède son propre électromagnétisme et son aura.


    Elle est appelée la planète Bleue, 
    constituée en grande partie d'eau.


    En continuelle transformation, en perpétuelle évolution, la Terre est le siège de nombreux phénomènes chimiques et radioactifs qui influençant les êtres vivants.


    La vie organique sur la Terre est également soumise au rayonnement cosmique, sans lequel aucune vie ne serait possible.

    D'autre part, avec une faible intensité, la terre chauffe, libérant à sa surface un rayonnement de micro-ondes, de rayons gammas et de neutrons thermiques. Ces rayons sont une véritable nourriture pour nos cellules.

    De même un rayonnement plus important arrive du cosmos sur Terre, atténué il est vrai lors de la traversée de l'atmosphère, mais suffisamment puissant pour être détecté. Une partie de ce rayonnement pénètre dans la terre, le reste est réfléchi...


    Naissance de la géobiologie « moderne »

    Avant la guerre de 1939-1945, la majorité des recherches en matière d'ondes

    cosmo-telluriques ont été faites par des radiesthésistes et l'ensemble des nuisances de l'habitat prirent alors le sens générique d'ondes nocives, qualificatif que l'on retrouve encore aujourd'hui.




    Toujours pensez qu'une zone géopathogène peut être responsables de graves maladies.

    Un patient est très souffrant. Sans le savoir, il dort au-dessus d'un point étoile, conjonctiont de deux croisements hartman et Curry négatifs. Ce point étoile, situé juste sous son lit, coïncide avec une faille humide... L'ensemble a attiré une cheminée cosmo-tellurique négative

    , elle aussi. En tant que naturopathe, je peux l'aider à se sentir passagèrement en meilleure santé, en améliorant son mode d'alimentation... Je peux aussi lui donner des soins Wakan, l'aiider à être positif, à voir le bon côté des choses... Je peux même le détendre et lui changer les idées, en lui jouant du Rock'n Roll... Mais je n'empècherais pas qu'un cancer se déclare, si je refuse de voir la situation ! 
    Il faut avant tout, dans ce cas, équilibrer le lieu d'habitation et faire en sorte, que ce patient dorme dans un endroit propice à la santé !



     

     

    Quelques règles avant de commencer la détection en géobiologie.

    Pour développer une bonne sensibilité, vous devez :

    être objectif, le plus détaché possible par rapport aux résultats, être très relaxé,

    ne pas se soumettre à des examens, ni permettre à un tiers de nous mettre à l'épreuve, ne pas laisser les sentiments nous conditionner, garder l'esprit ouvert à des surprises inattendues, ne pas laisser notre propre savoir limiter notre capacité à observer, éviter de formuler tout de suite des conclusions...

     

    La perception est un phénomène inné mais demande de l'entraînement.

    Aussi, nous devons pratiquer le plus souvent possible et sur tout, en formulant clairement ce que nous voulons tester, sans se laisser polluer par des pensées rationnelles. Nous devons avoir toujours confiance en notre maître intérieur.


    Lobe Antenne ou antenne de Hartman


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique