• Citron ou chimio-"thérapie" ?
    "Le citron est 10.000 fois plus puissant que la chimiothérapie !"

    Ai-je relevé dernièrement dans un article reçu par courriel...

    Cela m'étonne beaucoup car : 
    Si nous constatons malheureusement les résultats de la chimiothérapie, dans le cas 
    où vous n'aimeriez pas votre voisin,  n'espérez pas vous en débarrasser, avec 
    quelques perfusions de jus de citron...

    Que Le citron soit un produit miraculeux pour tuer les cellules cancéreuses, je n'en 
    doute pas. Alors, ne le comparons pas à un poison, qui tue en toute impunité, dans 
    les hôpitaux ralliés à la médecine occidentale de big pharma !

    Voici donc une thérapie naturelle, au goût agréable, qui ne détruit pas le malade 
    plus vite que la tumeur. Le citron a de nombreuses vertus : la plus intéressante 
    serait l’effet produit sur les kystes et tumeurs.

    C'est également un agent antiseptique à large spectre et antifongique, efficace 
    aussi contre les parasites internes. Il modère entre autre la tension artérielle 
    et régule les désordres nerveux...

    Selon plus de 20 essais effectués en laboratoire depuis 1970, l'extrait de citron 
    détruit les cellules malignes dans 12 types de cancer, y compris celui du côlon, 
    du sein, de la prostate, du poumon et du pancréas…

    Les composés du citronnier sont 10.000 plus efficaces que l' Adriamycin, 
    chimiothérapie, qui selon son fabricant et ses prescripteurs, ralentirait la croissance
     des cellules tumorales.
    Quoi qu'il en soit, quel que soit ses bienfaits et ceux de ses extraits, le citron à l'énorme
    avantage, de ne pas tuer le patient plus vite que sa tumeur.


    1 commentaire
  • Présentation

     

    des intolérances alimentaires

     

    par Jean Pierre Willem.


    J'ajoute au très bel exposé de Jean Pierre Willem, que ce qui est vendu actuellement, comme étant du lait de vache, destiné à nourrir les veaux, n'a plus rien a voir avec le produit, qui avait le même nom dans les années cinquante. Il en est de même pour le pain actuel, fabriqué avec de la farine de blé trafiqué.

     

    https://sites.google.com/site/naturopathiesantenaturellement/1--primum-non-nocere


    votre commentaire
  • Soixante quinze pour cent des médecins refusent la chimiothérapie



    Je ne suis pas le seul : «Al Manar », chaîne d'information libanaise déclare que 75% des médecins refusent toute chimiothérapie sur eux-mêmes en raison à la fois, de son inefficacité et de ses effets dévastateurs sur l'ensemble de l'organisme.

    Chacun est libre de choisir, mais faudrait-il pour faire le bon choix être informé. La propagande officielle, les pressions et menaces ne sont peut-être pas le meilleurs moyens de recouver la santé.

    “La majorité des patients atteints de cancer meurent à cause de la chimiothérapie, qui ne soigne ni les cancers du sein, ni ceux du côlon ou des poumons. Cela été consigné depuis plus de dix ans. Néanmoins les médecins continuent à utiliser la chimiothérapie pour combattre ces tumeurs.”
    Allen Lewin, MD, UCSF, “The Healing of Cancer”, Marcus Books, 1990


    “Si je devais contracter le cancer, je ne recourrais jamais à un certain modèle thérapeutique pour soigner cette maladie. Les patients du cancer qui se tiennent éloignés de ces centres ont une certaine chance de s’en sortir.”
    Prof. Georges Mathé “Scientific Medecine Stymied”, Médecines Nouvelles, Paris, 1989


    “Le Dr Hardin Jones, conférencier à l’université de Californie, après avoir analysé pendant de nombreuses décennies les statistiques de survie au cancer, est parvenu à cette conclusion : “ … Quand ils ne sont pas traités, les patients ne vont pas plus mal, ils vont même mieux.” Les conclusions déstabilisantes du Dr Jones n’ont jamais été réfutées”.
    Walter Last, “The Ecologist”, vol. 28, n°2, Mars-avril 1998.

     

    Les informations ci-dessus, concernent la vie et la santé et ne prétendent en aucun cas, remplacer le "diagnostic" et les prescriptions d'un médecin conventionnel, qui lui, est autorisé par le conseil de « l'ordre des médecins » pour ce faire, depuis le 26 octobre 1940.


    votre commentaire
  • Au cours des années 50, George C. Willis démontrât que la cardiopathie n'est qu'un scorbut chronique.

    Partant de ses travaux, le docteur Linus Pauling, prix Nobel de chimie en 1954, confirme cette découverte en 1980 et met au point une méthode thérapeutique efficace contre la cardiopathie, basée sur l'association de fortes doses de Vitamine. C et de lysine. Depuis, cette thérapie a été étouffée par les gouvernements et les media.

    Depuis, très peu de patients sont informés de cette alternative peu onéreuse qui concurrence l'industrie pharmaceutique.

    La première cause de mortalité aux États-Unis, appelée "maladie cardiovasculaire occlusive", n'est qu'une forme de scorbut, caractérisé dans ce cas, par l'accumulation progressive de dépôts graisseux sur les parois des vaisseaux sanguins réduisant l'approvisionnement en sang du cœur et d'autres organes et entraînant une angine de poitrine, une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.

    Il faudrait nommer cette pathologie, "scorbut chronique", forme atténuée de la maladie due à une carence en Vitamine C et identifiée comme telle au début des années 50 par une équipe canadienne dirigée par G. C. Willis, docteur en médecine.

    À ce jour, aucun des media n'a diffusé cette information. Les cardiologues continuent de prétendre qu'il n'existe aucun lien entre la Vitamine C et la cardiopathie, et qu'il est inutile de consommer des doses de Vitamine C supérieures aux doses insignifiantes recommandées.

     

    Les informations ci-dessus, concernent la vie et la santé et ne prétendent en aucun cas, remplacer le "diagnostic" et les prescriptions d'un médecin conventionnel, qui lui, est autorisé par le conseil de « l'ordre des médecins » pour ce faire, depuis le 26 octobre 1940.


    votre commentaire
  •  

    Se documenter et réfléchir avant d'être malade

     

    En cas de maladie grave et dans l'urgence, il faut intervenir pour aider le corps physique. Malheureusement peu de personnes comprennent que tout ce qui est remboursé par le système conventionnel, ne fait qu’aggraver l'état du patient.

     

    Quelles sont les solutions que propose le système conventionnels de la « médecine » universitaire :

     

    - mutilations chirurgicales,

    - empoisonnements chimiques

    - irradiations

     

    Ces « solutions » ne sont en fait qu'un moyen de transférer l'argent de la communauté dans les coffres de quelques bénéficiaires, médecins et industrie pharmaceutique, via cet outil pernicieux qu'est devenu la SS.

     

    Sans les remboursements, le système conventionnel ne tiendrait pas ! Chacun pourrait choisir librement son thérapeute, ses solutions de guérison naturels, bon marchés et efficaces.

    Concernant le plan physique, de quoi parlons nous ?

    D'un terrain en acidose ou basique (selon)
    De candidoses 
    De cellules anaérobies
    D'une eau organique dont les paramètres sont au-delà de toutes normes...
    D'une immunité complètement délabrée et nous savons pourquoi !
    De jonctions serrées, relâchées et inefficaces...
    De carence en magnésium... en vitamines... en oligoéléments...

    Alors, dans l'urgence, détruisons les cellules anaérobies avec les moyens qui existent ! (non conventionnels et non remboursés mais bons marché) Rééquilibrons le milieu intérieur.
    Réparons le terrain et l'eau organique qui constitue 80 % du poids du corps, (les molécules d'eau constituent 99 des molécules d'une cellule.)

    Ce n'est jamais en gavant le patient de poisons chimiques, via une perfusion, que l'on rétablit l'immunité. Il suffit de constater les résultats !
    La médecine conventionnelle n'en a que faire. Sont but n'est pas d'aider le patient. Tout les médecins et thérapeutes, qui ont trouvé des solutions efficaces, ont été depuis toujours empêchés d'exercer et enterrés dans l'oubli.

    Alors, oui : occupons-nous du corps physique, mais pas à la manière du diable qui utilise le malade jusqu'à la fin et l'achève en empochant un maximum de « K ».

    Chacun est libre de penser autrement : mais celui qui cherche trouvera des facettes de vérité qui sont bien éloignées de la propagande de l'industrie pharmaceutique et de ses dealers au stéthoscope-cravate.

     

    Les informations de ce site concernent la vie et la santé et ne prétendent en aucun cas  remplacer le "diagnostic" et les prescriptions d'un médecin conventionnel, qui lui, est autorisé par le conseil de « l'ordre des médecins » pour ce faire, depuis le 26 octobre 1940.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique